Choisissez votre pays :
Cys-control® MÉDICAL > Infections urinaires, cystites

Infections urinaires de type cystites ?


Des troubles fréquents et récidivants

Les infections urinaires de type cystites touchent de nombreuses personnes un jour ou l'autre. Ces troubles relativement bénins, n'en sont pas moins invalidants en raison de leur caractère souvent récidivant et de leur impact sur la qualité de vie.
Les troubles urinaires sont responsables d'environ 3.5 millions de consultations par an, mais on estime que nombre d'entre eux font également l'objet d'une automédication importante. D'ailleurs, la demande croissante de conseil en pharmacie est là pour le confirmer. C'est ainsi que l'on évalue à 4 ou 5 millions le nombre d'infections urinaires par an, en France.


Des troubles essentiellement féminins

Du fait de leur spécificité anatomique, les infections urinaires concernent bien plus souvent les femmes.

L'urètre féminin est plus court (4 cm) que celui des hommes (16 cm) et donc plus proche de la zone péri-anale. Cette proximité favorise les infections par les germes provenant de la flore anale. On estime ainsi que 45% des femmes feront au moins un épisode d'infections urinaires au cours de leur vie, qui se révèlera souvent récidivant, 6% des femmes présentent plus de trois épisodes par an.

Système urinaire

Des troubles très gênants au quotidien

Les infections urinaires de type cystites sont assez invalidantes dans la vie de tous les jours. Il est important de prévenir au mieux les récidives car ces infections peuvent persister pendant plusieurs jours et altérer par la même la qualité de vie et avoir une incidence notable sur l'activité personnelle et professionnelle.


Escherichia coli, la responsable

Escherichia coli, ou colibacille, est une entérobactérie, représentant l'espèce bactérienne dominante de la flore aérobie intestinale. Présentes à l'état commensal, certaines de ces bactéries peuvent toutefois être pathogènes et être à l'origine d'infections (urinaires, gastro-entérites...).

Son rôle dans les infections urinaires de type cystites

Escherichia coli est responsable de 80 à 85% des infections urinaires. Pour des raisons de proximité anatomique, il lui est aisé de gagner la vulve, puis de remonter l'urètre vers la vessie. Grâce à sa capacité d'adhérence aux tissus, il peut ainsi coloniser les parois des voies urinaires. Les pili (ou fimbriae) sont les structures qui lui permettent d'adhérer aux muqueuses.

<em>Escherichia coli</em>

Les infections urinaires

Définition

Les infections urinaires simples sont des infections urinaires qui sont dues à une inflammation et à une infection de la vessie. Elles peuvent être aiguës ou récidivantes (au moins trois épisodes par an).
Elles sont à différencier des infections urinaires compliquées qui se propagent quant à elles aux reins ou à la prostate chez l'homme.

L'origine

Les troubles urinaires sont dus principalement à des micro-organismes provenant de la flore fécale. Après avoir colonisées le vagin, ces bactéries (Escherichia coli dans la majorité des cas) entrent dans l'urètre, puis viennent adhérer à la paroi de la vessie. Une mauvaise hydratation favorise la multiplication des germes, ceux-ci n'étant plus suffisamment éliminés par les mictions alors trop peu fréquentes.

Les causes probables

Toutes les femmes présentent en général une raison bien particulière d’avoir des infections urinaires de type cystites, bien que cela soit souvent lié à une accumulation de facteurs. Il est donc nécessaire de rechercher la ou les raisons qui permettront de lutter au mieux contre d’éventuelles récidives. Certains facteurs favorisent le cheminement des bactéries vers la vessie, d’autres leur développement dans la vessie.

Parmi ceux-ci, on retrouve :
  • Les rapports sexuels, qui jouent un rôle fréquent ;
  • Un manque d’hydratation conduisant à la création d’un résidu urinaire par stagnation des urines entre mictions trop espacées ;
  • L’usage de spermicide ou la mise en place d’un diaphragme perturbant la flore intime ;
  • Les troubles du transit (constipation ou diarrhée) s’accompagnant souvent d’une perturbation de la flore anale ;
  • La ménopause, du fait de l’atrophie des muqueuses génitales ;
  • Une hygiène intime insuffisante ou excessive ;
  • • La mise en place d’une sonde urinaire.

Les signes

Les infections urinaires de type cystites se manifestent par :

  • Des brûlures lors des passages aux toilettes,
  • Une émission fréquente d'urine en faible quantité,
  • Des mictions difficiles et douloureuses,
  • Des picotements,
  • Une pression dans le bas-ventre,
  • Des urines parfois troubles et malodorantes.

Leur prise en charge

Leur traitement repose sur l'antibiothérapie (souvent de courte durée) et le respect d'un certain nombre de mesures hygiéno-diététiques. .